Ateliers

Atelier de l'automne de l'ARQ

 

L’écriture qualitative

 

Université de Montréal, Pavillon Marie-Victorin

 

Jeudi 24 octobre 2019

 

Horaire et thématiques des ateliers

 

9 h à 12 h

 

Atelier no.1

 

Rédiger un projet de recherche qualitative

 

Joëlle Morrissette

Local : B-328

20 places

 

 

Atelier no.2

 

Les défis de l’analyse en mode écriture

 

Jacques Hillion

Local : B-253

20 places

 

Atelier no.3

 

Rédiger des articles en recherche qualitative

 

Kathleen Sénéchal 

Local : E-214

20 places

13 h 30 à 16 h 30

 

Atelier no.4

 

Les traits d’écriture appliqués à l’écriture scientifique en recherche qualitative

 

Isabelle Montésinos-Gelet

Local :  B-328

20 places

 

Atelier no.5

 

Maîtriser l’écriture du journal de bord

 

Marjorie Vidal

Local : B-253

20 places

Atelier no.6

 

Écriture des résultats en recherche collaborative

 

Ben Diédhiou

Local : E-214

20 places

 

 

Prix : inscription pour deux ateliers : (formulaire d’inscription en ligne)

150$ membres réguliers

125$ pour les membres étudiants et retraités

 

À noter que les activités sont réservées aux membres de l’ARQ.

Si vous n’êtes pas membre, il est toujours possible d’adhérer ou de renouveler votre adhésion.(formulaire d’adhésion en ligne)

Adhésion : 100$ membre régulier ou 60$ étudiant et retraité

 

Dîner libre. Services de cafétéria disponibles sur les lieux.

 

Pour en savoir plus, cliquez sur le titre de l'atelier ci-dessous.

 

Atelier 1 - Rédiger un projet de recherche qualitative : balises et stratégies d’écriture

Cet atelier sera l’occasion de réfléchir aux spécificités de la structuration d’un projet de recherche qualitative, considérant la diversité qui caractérise le champ. À cette fin, différents modèles de projet de recherche seront présentés en vue d’exposer différentes manières de concevoir une problématique, un cadre théorique / conceptuel et une méthodologie, ainsi que leur articulation. Certaines balises incontournables en qualitatif seront dégagées de ce panorama de possibilités et diverses stratégies d’écriture seront enseignés (ex : pour bien accompagner les lecteurs éventuels). Les participant.es auront ensuite la possibilité d’être guidé.es dans l’élaboration d’un projet de recherche qualitative, afin de mettre en pratique ces stratégies, dans le cadre des balises posées. Les participant.es et l’animatrice apprécieront les canevas en ciblant ce qui peut être amélioré, et une discussion conclusive viendra relever les apprentissages réalisés et souligner les réflexions méthodologiques à poursuivre. Cet atelier s’adresse aux étudiant.es qui vont s’inscrire à la maitrise comme au doctorat, ou qui y sont déjà inscrit.es. Il peut également intéresser des professeur.es qui souhaitent revoir leurs manières de construire un projet de recherche qualitative.

 

Joëlle Morrissette, professeure, Département d'administration et fondements de l'éducation, Université de Montréal

Atelier 2 - Les défis de l’analyse en mode écriture

Il existe peu de présentations détaillées de l’analyse en mode écriture, car celle-ci s’élabore et se dévoile dans son déroulement même, selon la sensibilité propre du chercheur. C’est donc par la pratique qu’elle s’apprivoise le mieux et cet atelier vous propose d’en expérimenter quelques opérations. À partir de données fournies par l’animateur, les participant.es seront invité.es à concrétiser les étapes d’une méthode d’analyse qualitative suggérées par Paillé et Mucchielli — répondre à un questionnement, produire des constats, tenter des interprétations, identifier des récurrences — mais aussi à identifier comment ils le font. L’atelier se veut donc avant tout un temps d’écriture et d’échange, de co-formation sur une pratique d’analyse très créative. Il s’adresse en priorité aux chercheur.euses débutant.es qui souhaitent découvrir cette méthode d’analyse.

 

Jacques Hillion, chargé de cours, Faculté d’éducation, Université de Sherbrooke

Atelier 3 : Rédiger des articles en recherche qualitative

Cet atelier sera l’occasion de réfléchir aux spécificités de l’écriture d’articles qui permettent de rendre compte des résultats de recherches qualitatives et d’en montrer la crédibilité. En effet, l’enjeu en recherche qualitative reste la pertinence de méthodologie retenue et la rigueur des méthodes de production et d’analyse des données de recherche. Les articles qualitatifs doivent donc permettre de les mettre en lumière pour en faire valoir les résultats. À partir de la structure classique de l’article scientifique, des modèles seront présentés afin de faire ressortir des stratégies d’organisation et de présentation des contenus plus efficaces. Des exercices pratiques porteront sur l’appréciation de la qualité de textes, la planification de l’écriture d’articles, la réécriture d’extraits de textes, la préparation d’un résumé efficace et l’usage approprié de marques de modalités. Les participant.es sont invité.es à apporter un ou des textes de leur cru. D’autres sujets seront également abordés : le processus d’évaluation, les normes éditoriales et le choix d’une revue. L’atelier est destiné spécialement aux doctorant.es en fin de cheminement ou récemment diplômé.es, mais il peut également s’adresser à des professionnel.les de recherche ou des professeur.es qui souhaitent s’initier aux codes de rédaction de la recherche qualitative.

 

Kathleen Sénéchal, professeure, Département de didactique des langues, Université du Québec à Montréal

Atelier 4 : Les traits d’écriture appliqués à l’écriture scientifique en recherche qualitative

En didactique de l’écriture, un courant américain (Olness, 2005 ; Shea, 2015 ; Spandel, 2008) préconise d’analyser les traits d’écriture de textes de scripteurs experts pour apprendre à maîtriser la textualité en rendant explicites les attentes quant à ce qui fait qu’un texte est de qualité. Shea (2015) distingue les traits d’écriture en quatre composantes :

L’intention d’écriture ;

 

  • La composition du texte (idées, structure, phrases et choix des mots) ;
  • La transcription du texte (respect des conventions et des normes de présentation) ;
  • La voix (c’est-à-dire pour l’écriture scientifique : l’explicitation, la nuance, la prudence, le regard critique).

 

Cet atelier vise à répondre à trois questions :

  1. Pourquoi enseigner l’écriture scientifique ?
  2. Que doit-on enseigner pour soutenir la qualité textuelle d’un mémoire ou d’une thèse ?  
  3. Comment appliquer les traits d’écriture à l’enseignement de l’écriture scientifique ?

Une mise en pratique visant à observer les différents traits d’écriture dans un bref texte scientifique qui rend compte d’une recherche qualitative sera proposée. Cet atelier s’adresse à toutes les personnes qui veulent démystifier les spécificités de l’écriture scientifique.

 

Isabelle Montésinos-Gelet, professeure, Département de didactique, Université de Montréal

Atelier 5 : Maîtriser l’écriture du journal de bord

Journal de terrain, journal de bord ou journal de recherche, peu importe sa dénomination, le journal est LE fidèle allié qui ne quitte jamais le chercheur ou la chercheuse en immersion. Indispensable tant dans la familiarisation avec le milieu qu’avec l’objet de la recherche, cet outil peut toutefois se révéler revêche de prime abord, notamment pour un.e ethnographe en herbe, comme un.e étudiant.e en début de cheminement. L’écriture du journal de bord soulève en effet de nombreux défis, entre les blocages d’écriture, la complexité de la prise de notes (souvent liée aux situations) et les difficultés liées à la retranscription du réel, sans oublier la très grande variété des formes d’écriture que le journal de bord recouvre, depuis les notes de tête (headnotes), les notes rapides prises sur le vif, jusqu’aux notes retranscrites et contextualisées à tête reposée. L’objectif de cet atelier sera d’examiner en détail les embûches liées à l’écriture du journal de bord. Il s’agira plus précisément d’étudier les principaux détails pratiques: qu’est-ce qu’on écrit? Dans quelles circonstances? Sur quoi et comment? Et enfin de quelle manière peut-on structurer ses notes lors de délicate transition du vu à l’écrit et au transmis (article et communication scientifique)? Telles sont quelques-unes des questions auxquelles répondra l’animatrice lors de cet atelier qui se veut interactif. À cette fin, sur la base d’extraits de son propre matériel, elle donnera aux participants des stratégies et astuces pour les guider dans la maîtrise de l’écriture du journal de bord.

 

Animatrice

Marjorie Vidal, stagiaire postdoctorale, Université du Québec à Montréal

Atelier 6 : Écrire des résultats d’entretiens collectifs en recherche collaborative : quelles ficelles pour répondre au défi de la double vraisemblance?

Cet atelier sera l’occasion pour les étudiant.es aux 2e  et 3e cycles et pour les professionnel.les et chercheur.euses novices en recherche collaborative de s’initier à l’écriture des résultats d’entretiens collectifs menés dans cette approche. À l’appui de quelques recherches exemplaires, la présentation mettra en relief le défi de double vraisemblance associé à la recherche collaborative. Aussi, cet atelier permettra de partager quelques ficelles favorisant une présentation des résultats qui répond à la préoccupation de développement professionnel des praticiens et aux exigences d’avancement des connaissances du monde scientifique. Dans sa conduite, cet atelier consacrera une place importante aux échanges entre les participant.es et l’animateur afin de permettre à chacun.e d’enrichir ses connaissances et ses réflexions méthodologiques.

 

Animateur

Ben Diédhiou, professeur, Département d’éducation et de pédagogie, Université du Québec à Montréal